Filtrer

Voyage en Egypte

Visite des pyramides

Lors de mon dernier article, je vous parlais de ma nuit dans le désert de Baharyia. Aujourd’hui, je vais vous parler de la suite de mon voyage en Egypte. Nous parlerons des différentes pyramides d’Egypte que j’ai rencontré et de superbes anecdotes croustillantes.

Après ma nuit dans le désert, nous avons fait 6 heures de voitures pour revenir au restaurant relais. Cette fois-ci pas de repas copieux, mais une limousine m’attendait. En Egypte, les limousines, sont des voitures milieu de gamme. Il y a donc aucun rapport avec ce que nous connaissons en France. Le conducteur ne parle pas anglais, les 4 heures sont un peu longues, mais je m’y fais. Je suis chargé à bloc de positivisme et de belle images plein la tête.

Point relais entre le désert et le Caire

Mon guide soustraite certaines prestations, ainsi, il peut rester au Caire tout en gonflant son activité. Il a convenu avec le conducteur de me prendre au point relais et de m’emmener à ma réservation de airb’nb. C’est à ce moment-là que ça se corse un peu. Lorsque je demande un peu de Wifi à mon conducteur pour obtenir un complément d’adresse, celui-ci accepte non sans mal. Je le trouve méfiant et la barrière de la langue ajoute son lot de préoccupation. Je lui montre l’adresse postale de la chambre pour faciliter l’échange. Malheureusement, elle n’est pas complète. Chose qui arrive fréquemment…

Après quelque temps, je commence à me dire que le chauffeur perd du temps et de l’argent. Le propriétaire de l’appartement ne me répond pas et je sens le chauffeur qui s’agace de la situation. Je lui dis de me déposer là et que je vais me débrouiller. Il refuse catégoriquement et je le remercie encore.

Je reçois enfin un message via WhatsApp de ma correspondante et c’est là douche froide. La propriétaire de la chambre a changé d’adresse pour la nuit. Au début, je pense à un bug, je rafraîchis la page et en fait non. Je montre la nouvelle adresse à mon chauffeur. Agacé, il me demande de l’appeler, puis entre temps, elle envoie une personne en scooter pour venir me chercher.

J’entends frapper au carreau, mon prénom et une main qui me dit de venir. Mon conducteur lui fait comprendre de partir. Je suis sur le qui-vive, je me demande vraiment ce qu’il se passe. Finalement, le chauffeur m’emmène à la nouvelle adresse, à 10 minutes en voiture. Je sors, le remercie et file dans la chambre.

Je pose mes affaires et prends une douche. Ouais, 3 jours, sans me laver, ça fait du bien ! Indiana Jones n’a qu’à bien se tenir… Deux autres hommes sont dans l’appartement, je sympathise puis pars en quête d’un dîner. Ce soir, ce sera fast-food et au lit. Mais avant, j’appelle ma famille pour les rassurer sur mon voyage.

En espérant qu’ils ne lisent pas ces lignes…

Sur la route pour aller voir les pyramides

Le lendemain, je retrouve mon guide local, celui avec qui j’ai défini ma feuille de route. Il m’emmène voir les pyramides. Nous sommes donc parti vers le site de Saqqarah où se trouve la pyramide à degrés. Une pyramide à degrés est une construction pyramidale à faces en forme d’escalier géant.

J’ai eu la joie de visiter un mastaba, un type de tombes adopté aux deux premières dynasties par les rois. Le plus frappant dans ce genre d’endroit sont les hyeroglyhes en relief.
Ces murs décorés de représentations du défunt et d’épisodes de sa vie quotidienne, donnent une dimension solennelle au lieu.

Un élément inoubliable de cette journée se passe dans une des chambres funéraires. Une des personnes qui nous font visiter les différentes pièces nous montre deux inclinaisons de lumière sur un mur. Avec la première diffusion de lumière en face du mur, celui-ci parait lisse. Tandis que lorsque la lumière tourne, nous observons un mur en relief qui représente une scène grandeur nature. Du grand génie !

Un élément inoubliable de cette journée se passe dans une des chambres funéraires. Une des personnes qui nous font visiter les différentes pièces nous montre deux inclinaisons de lumière sur un mur. Avec la première diffusion de lumière en face du mur, celui-ci parait lisse. Tandis que lorsque la lumière tourne, nous observons un mur en relief qui représente une scène grandeur nature. Du grand génie !

Nous avons aussi été à Dachour voir les pyramides rouges, les pyramides noires et rhomboïdales. Rien de spécial pour ces pyramides, elles ne sont pas accessibles. C’est un arrêt minutes avec des explications sommaires. J’ai eu l’occasion de rentrer dans une pyramide contre quelques livres égyptienne. C’est petit, étroit, ça descend à pic et la finalité est largement oubliable.

Pour résumer la matinée, nous avons fait beaucoup de voitures, beaucoup d’explications et très peu de concret. Le midi arrive et mon guide m’emmène dans un magasin de parfum pour me faire un brief de l’après-midi. Après une tentative d’arnaque de chameau, de vente de parfum et une négociation sévère. Je me retrouve propulsé seul (et finalement sans chameau, ni parfum) pour visiter les pyramides de Gizeh.

Que dire sur les pyramides mise à part que j’ai été beaucoup (trop) déçus. Je m’attendais à traverser un bout de désert, accéder à une pyramide avec un peu de mal et visiter l’intérieur. Ce n’est absolument pas le cas.

Les pyramides sont collées à la ville et traversées par des routes pour faciliter leur accès. Le nombre de visiteurs est énorme et les locaux sont omniprésents. Il faut dire que la crise sanitaire que nous traversons n’existe pas en Egypte. Au moment où j’y suis allé, je n’ai vu aucune personne avec un masque devant la bouche. Pour revenir à nos pyramides, les Bédouins (les Égyptiens locaux qui occupent les lieux) ne cessent de vous harceler pour essayer de vous parler afin d’avoir des bakchichs (pourboires). C’est très intrusif comme procèdes et ce n’est pas ma culture. J’ai eu beaucoup de mal à apprécier ce moment que l’Egypte m’offrait.

Enfin, le sphynx est à la sortie de la «visite», c’est le dernier monument à voir pour terminer le circuit. Je n’ai pas pu l’approcher puisqu’une multitude de personnes s’agglutinent pour le voir. Celui-ci est beaucoup plus petit que ce qu’on voit dans les films et n’est pas mis en valeur. Devant lui se tient des hôtels et café de luxe pour donner une belle vue sur les pyramides.

Je retrouve mon guide, nous échangeons un peu sur les pyramides et nous arrivons à la gare du Caire pour aller à Louxor. Je me retrouve dans un train couchette hors de prix. Il faut savoir que malgré des négociations de ma part, il est impossible pour moi, européen de prendre un siège dans le train avec d’autres égyptiens pour 8 dollars. On m’oblige à prendre un train couchette de 80 dollars…

Pourquoi ? Pour dormir dans un petit lit superposé dans une cabine double. Le tous gratifié d’un plateau-repas et d’un petit déjeuné.
Je ne veux pas avoir un statut privilégié, je ne veux pas d’un plateau-repas et je ne veux pas dormir dans un lit dans un train. Je fais ce voyage pour me fondre dans la population, pour me connecter avec une partie du monde que je ne connais pas. Je ne veux pas me sentir européen et comprendre cette civilisation.

Après avoir digéré ma journée, je commence à me détendre. Une fois le repas servi, je demande au personnel l’heure d’arrivée pour mettre un réveil. Je lis mon livre et finis par fermer les yeux.
La nuit se passe, mon réveil sonne et j’entends le train ralentir. Je cherche du personnel afin de savoir si c’est bien mon arrêt. Au final, il y a deux horaires en Egypte. L’officielle et l’officieux, Louxor étaient encore à 1h30 de route.

Je descends du train couchette avec la fin de mon petit dej’ dans les mains. Tout d’un coup, je sens une main se poser sur mon épaule et mon prénom retenti derrière moi…

Related Posts